Biden rattrape Trump sur son dernier atout: l'économie

jeu, 10/22/2020 - 11:47

JOURNAL DE CAMPAGNE # 23 - C'était le dernier sujet, le seul, sur lequel les Américains faisaient davantage confiance à Donald Trump qu'à Joe Biden. Terminé. James Carville avait peut-être tort, finalement: it's not the economy, stupid! La phrase du conseiller de Bill Clinton, prononcée en 1992, est restée célèbre: "C'est l'économie, idiots!" qui fait une élection. Mais dans l'Amérique ultra-polarisée d'aujourd'hui, ce n'est plus aussi vrai. Quand on demande aux Américains sur quels sujets ils font ou non confiance aux candidats, celui sur lequel Donald Trump réalise son meilleur score face à Joe Biden est la gestion de l'économie.

"A cinq reprises, cette année, le sondage Wall Street Journal/NBC News a demandé aux électeurs en qui ils faisaient le plus confiance pour gérer l'économie, et à cinq reprises ils ont nommé en premier le président, avec des marges allant de 7 à 11 points", rappelle Gerald Seib, du Wall Street Journal. "En clair, un grand nombre d'Américains semblent acheter l'argument du président selon lequel l'économie était en bon état avant que le coronavirus ne frappe, et que ce n'est pas sa faute si elle a plongé depuis".

Le mythe de l'économie

Si le journal, propriété de Rupert Murdoch, a raison, il y a effectivement là un mystère: comment les Américains qui font confiance au président sur le sujet le plus important, l'économie, peuvent-il s'apprêter à le rejeter? L'hypothèse qu'avance Seib est que l'importance de l'économie relève largement du mythe. En 2018, les Américains faisaient encore plus confiance à Trump sur le sujet, et cela ne les a pas empêchés d'infliger une raclée électorale aux républicains. En remontant plus loin dans le passé, l'électorat faisait davantage confiance au républicain Mitt Romney, en 2012, mais avait confortablement réélu Barack Obama.

Lire aussiLes "électeurs invisibles" de Trump sont bien cachés

Peut-être. Mais une telle analyse mérite quelques bémols. Tout d'abord, l'avantage de Trump s'est érodé, ces derniers mois, au point de quasiment disparaître dans le dernier sondage New York Times/Siena College, publié le 20 octobre: pour l'économie, 47% font confiance à Biden et 48% à Trump. C'est une tendance que d'autres sondages avaient indiquée dès l'été.

Ensuite, la relative confiance que gardent les Américains au président sur ce sujet est ambiguë. Dans le sondage du Times, 49% se disent en meilleure situation financière qu'il y a quatre ans. Normal: malgré la crise, l'Amérique vit encore sur le souvenir – et les effets – d'une période de prospérité exceptionnellement longue. Celle-ci a commencé avec Obama? Bien sûr, et les années Trump n'ont pas changé les tendances lourdes de la conjoncture. Mais c'est toujours le président en place qui engrange le bénéfice politique d'un boom, pas son prédécesseur.

Carville avait raison

Mais quand le même sondage demande aux Américains si la situation économique du pays, et non la leur, est meilleure qu'il y a quatre ans, les réponses sont très différentes: 39% jugent qu'elle est meilleure, 55%, qu'elle a empiré.

La perception générale de l'économie a donc sans doute une influence majeur sur l'état d'esprit des électeurs. James Carville était dans le vrai! Et la seule raison pour laquelle Donald Trump n'est pas perçu plus négativement, sur ce sujet, a sans doute à voir avec l'image – ou le mythe, diront ses adversaires – d'homme d'affaires à succès qu'il a su imprimer dans l'imaginaire de millions d'Américains. Même cette fable, aujourd'hui, se lézarde de partout.