Signature du contrat de construction du Pont de Rosso

jeu, 03/25/2021 - 19:27

La Mauritanie, le Sénégal et la société Polychangda Engineering Co Ltd ont procédé, aujourd’hui, jeudi, à Rosso, à la signature du contrat de construction du pont de Rosso sur le fleuve Sénégal; ouvrage qui va densifier les échanges entre la Mauritanie et le Sénégal et, plus globalement, contribuer au renforcement de la coopération et de l’intégration en Afrique par la réduction des chainons manquants du Corridor Transafricain N°1 (le Caire-Dakar).

Le projet comprend plusieurs composantes dont celle portant sur les travaux de construction du pont et des voies d’accès. Elle concerne les viaducs d’accès d’une longueur totale d’environ 1 461 m sur le fleuve Sénégal, les mesures environnementales; 8.367 m de raccordements routiers et l’aménagement de 2 carrefours giratoires; 9.517 m2 de parkings pour les véhicules; les prestations de contrôle et de surveillance desdits travaux; et la sensibilisation des populations de la zone du projet sur les questions de santé, de protection de l’environnement et de sécurité routière.

Une autre composante concerne la réalisation d’aménagements des deux rives du fleuve.

Côté mauritanien, les travaux porteront sur l’aménagement de 7 km de voirie urbaine; la construction d’une gare routière, d’un marché municipal, d’un centre social et d’un complexe omnisports; ainsi que le renforcement du système d’adduction d’eau potable de la ville de Rosso.

Côté rive Sénégal, les aménagements porteront sur la réhabilitation de quatre établissements scolaires; la construction d’un poste de santé et réhabilitation de deux existants; la construction d’une gare routière, d’un marché municipal et d’une plateforme multifonctionnelle à Rosso, en plus de l’aménagement de 65 km de pistes rurales dans la Boucle du riz.

En matière de facilitation du transport et du transit, il sera procédé aux études de conception et de fonctionnalité des Postes de Contrôle Frontaliers Juxtaposés (PCFJ); à la construction et à l’équipement des Postes de Contrôle Frontaliers Juxtaposés; aux prestations de contrôle et surveillance des travaux de construction des PCFJ et aux actions de formation/sensibilisation des services frontaliers et des usagers. Dans le même cadre, les procédures douanières des deux pays seront harmonisées; le manuel de procédures du Poste de Contrôle Unifié Frontalier sera élaboré et l’étude du Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la ville de Rosso-Mauritanie, conduite.

Le projet est conjointement financé par la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Européenne d’Investissement (BEI), l’Union européenne (UE) et les Etats du Sénégal et de la Mauritanie pour un coût estimatif global de 87,63 millions d’euros.

Le marché relatif aux travaux de construction du pont est attribué à l’Entreprise Polychangda Engineering Co Ltd pour un montant de quarante-sept millions (47 000 000) d’euros. La durée prévisionnelle des travaux est de trente (30) mois.

Le ministre des Finances, M. Mohamed Lemine Ould Dhehbi, a, dans un discours lors de la cérémonie de signature, expliqué que la construction du pont de Rosso est le fruit de la coopération entre la Mauritanie et le Sénégal, car elle renforce particulièrement l'intégration économique régionale en assurant la circulation des marchandises et des personnes de manière fluide et sûre.

Il a ajouté que cet important projet permettra de renforcer l'intégration entre les deux pays frères, et c'est une intégration chère aux présidents des deux pays frères, Son Excellence M. Mohamed Ould Cheikh Al-Ghazwani, et Son Excellence M. Macky Sall.

Il a assuré que ce projet ambitieux contribuera à renforcer les liens de multiséculaires entre les deux pays frères, ainsi qu'à renforcer leurs relations avec les partenaires au développement.

Pour sa part, le ministre mauritanien de l’Équipement et des Transports, M. Mohamed Ahmedou M’Haïmid, a affirmé que la construction d'un pont sur le fleuve Sénégal était un rêve depuis l'indépendance pour les dirigeants et résidents des deux pays frères, et aujourd'hui c'est devenu une réalité et un acquis que nous chérissons, grâce à Allah et et à la volonté résolue de Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, et son frère et ami Son Excellence le Président de la République sœur du Sénégal, M. Macky Sall.

Il a ajouté que la signature du projet Rosso Bridge traduit cette volonté de transformer les revendications d'hier en acquis d'aujourd'hui tout comme elle reflète une disposition réelle chez les dirigeants des deux pays à être à l’écoute des citoyens et à réaliser leurs aspirations au progrès et au développement.

Jusqu’ici, a-t-il dit, le bac de Rosso est resté le seul moyen de transit entre les deux pays d'une part et entre l'Europe, le Maghreb et l'Afrique de l'Ouest d'autre part, faisant remarquer que, même si le bac a joué un rôle vital au cours des dernières décennies, la demande croissante de transport sur l'axe reliant l'Europe et l'Afrique via nos deux pays, rend ce moyen de transit incompatible avec la croissance rapide des transports sur cet axe.

Le ministre sénégalais des Finances et du Budget, M. Abdoulaye Daouada Diallo, a déclaré que la signature du contrat de construction du projet de pont de Rosso constitue une preuve éloquente de l’excellence des relations d’amitié et de fraternité entre le Sénégal et la Mauritanie et marque un nouveau jalon de la coopération entre les deux pays. Il a salué l’accompagnement des partenaires techniques et financiers dans la réalisation de ce projet qui représente une priorité absolue pour les présidents mauritaniens.

Il a assuré qu’il veillera, en relation avec son homologue mauritanien, à ce que toutes les dispositions soient prises pour le respect des engagements afin de garantir la réussite de ce projet qui s’inscrit parfaitement dans les politiques d’intégration sous-régionale.

Le ministre sénégalais des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, M. Mansour Faye, a mis l’accent sur la volonté commune des deux pays frères pour impulser un souffle nouveau à leurs relations, mettant en évidence la responsabilité qui incombe aujourd’hui aux deux pays de préserver cet héritage familial pour léguer aux générations futures un espace sénégalo-mauritanien stable et apaisé dont toutes les composantes vivent en harmonie.

Il a demandé aux services compétents des deux pays à « travailler rapidement sur un accord consensuel pour la suppression de la pratique de rupture de charge à la frontière des deux pays ».

Il a également invité les deux parties à travailler sur un plan de gestion et d’exploitation de l’ouvrage de manière à garantir la durabilité des investissements.

L’ambassadrice de l’UE au Sénégal ; SE Mme Irène Mingasson, a, elle, affirmé que l’engagement de l’Union Européenne sur ce corridor ne se limita pas uniquement au financement du pont de Rosso, rappelant la contribution de l’UE dans la construction du tronçon routier Nouakchott-Bombri qui participe justement de la fluidification du transport entre les capitales mauritanienne et sénégalaises.

La diplomate européenne a fait observer que le partenariat de la Team Europe avec la Mauritanie et le Sénégal n’atteindra l’impact économique et social souhaité que si toutes les conditions de transit entre ces deux pays sont optimales.

Pour sa part, le représentant de la Banque Africaine de Développement, M. Mohamed Chérif, a souligné que son institution (BAD) apporte 46% du financement du ce projet qui constitue « une démonstration de l’engagement de la BAD et de ses partenaires à accompagner les efforts de développement entrepris par le Sénégal et la Mauritanie. Il a précisé que la BAD a soutenu et accompagné toutes les phases préparatoires du projet de construction du Pont de Rosso depuis le financement des études en 2006 jusqu’à la signature des différents accords de prêts intervenus en 2017 ».

M. Mohamed Chérif a adressé ses vives félicitations aux gouvernements mauritaniens et sénégalais pour leur excellente collaboration, assurant que les experts de la BAD ne ménageront aucun effort pour accompagner les équipes mauritanienne et sénégalaise tout au long de la mise en œuvre du projet.

Dans une allocution de bienvenue, le président du Conseil régional du Trarza, M. Mohamed Ould Brahim Ould Seyid, a indiqué que le Pont de Rosso permettra d’intensifier et de fluidifier les échanges des deux côtés du fleuve, de favoriser une intégration économique entre les deux pays et par delà de la sous-région toute entière. Cela permettra aussi, a-t-il dit, d’améliorer les conditions de déplacement des personnes et des marchandises, ce qui ne manquera pas d’impacter positivement les conditions de vie des populations riveraines.

De son côté, le maire de la commune de Rosso, M. Bamba Ould Darmane, après avoir souhaité la bienvenue aux délégations, a insisté sur le fait que cette nouvelle passerelle entre deux pays frères et voisins a longtemps été une doléance essentielle des habitants de la wilaya du Trarza et de Rosso en particulier tout comme elle l’a été pour leurs voisins de la région de Saint-Louis du Sénégal. Il a fait observer que le parachèvement de l’ouvrage sera le début d’une nouvelle ère de prospérité économique et de recul du chômage dans les deux zones du fleuve.