Au Mali, la trêve des confiseurs profite au gouvernement de transition

mer, 01/05/2022 - 08:27

Tandis que le monde était à la fête en cette fin d'année 2021, le gouvernement malien de transition a réalisé un tour de force qui pourrait lui permettre de conserver les rênes du pays plusieurs années encore. Dans un document daté du 30 décembre 2021, le Panel de hautes personnalités chargé d'organiser les Assises nationales de la refondation a proposé de prolonger de cinq ans la période de transition à compter du 1 er  janvier 2022. Cela porterait à près de six ans et demi la durée de cette transition, qui a été annoncée en septembre 2020 à la suite du coup d'État intervenu un mois plus tôt. Cette proposition s'appuie sur les conclusions des Assises nationales de la refondation organisée du 11 au 30 décembre 2021, ce qui lui confère une certaine légitimité populaire. Mais elle va à l'encontre des injonctions des partenaires internationaux du Mali, en premier lieu la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui n'a eu de cesse d'insister sur une limitation du délai de transition à 18 mois . D'après leurs organisateurs, ces Assises ont réuni plus de 80 000  Maliennes et Maliens, lors des 794 discussions organisées à tous les échelons administratifs du pays, du communal au national. L'influence des groupes armés, réfractaires à ce processus, n'a toutefois pas permis la tenue des Assises dans les régions de Kidal et de Ménaka, d'où sont parties toutes les rébellions depuis l'indépendance du Mali.