Porte-parole du gouvernement : "le projet de route Zouerate-Tindouf renforcera la coopération et stimulera l’activité économique"

jeu, 05/19/2022 - 07:53

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Réforme du Système éducatif, porte-parole du gouvernement, M. Mohamed Melainine Ould Eyih, a commenté, mercredi après-midi, les résultats du conseil des ministres qui s’est déroulé plus tôt dans la matinée.

Au cours de son intervention face à la presse, le porte-parole du gouvernement a indiqué que le conseil a examiné et adopté un projet de loi autorisant la ratification d’un mémorandum d'entente signé en 2021 entre les gouvernements de Mauritanie et d’Algérie, pour réaliser une route devant permettre de relier la ville de Zouerate à Tindouf. A cela s’ajoute des projets de décret et des communications.

Revenant plus en détails sur le mémorandum d’entente, le porte-parole du gouvernement a noté que celui-ci a pu être signé, au cours de la visite en Algérie, l’année dernière, du Président de la République, S.E.M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani. Selon lui, le projet aura un impact socioéconomique important. Le ministre a souligné que la route qui va relier les deux pays, va permettre de renforcer la coopération et stimuler l’activité économique.

S’agissant des communications évoquées plus haut, le porte-parole en a cité deux. La première, celle du ministre du Pétrole, des Mines et de l’Énergie, est relative à une feuille de route devant permettre de restructurer la société mauritanienne d’électricité (SOMELEC). Le ministre a souligné que la réforme du secteur de l’Énergie fait partie des engagements Président de la République, soulignant que le secteur a déjà déployé beaucoup d’efforts pour assurer l’approvisionnement en électricité à des prix accessibles.

Enfin, le porte-parole a ajouté que la feuille de route permettra aussi d’assainir la société et de booster ses performances, notamment à travers la révision de son cadre juridique.

La seconde communication a trait à la mise en place d’un cadre de concertation sur la promotion de l’Élevage. Le porte-parole du gouvernement a fait observer que ce dispositif vient compléter les efforts entrepris par les autorités pour développer le secteur de l’Élevage. Le cadre en question sera l’épicentre des processus de concertation entre les différents acteurs du secteur, pour accroitre le rendement de l’Élevage et améliorer sa contribution au développement du pays.

Outre les décisions prises en conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a répondu à une série de questions. La première est relative à un document qui a circulé sur

les réseaux sociaux et attribué au ministère de l’Intérieur. Selon le porte-parole, le ministère de l’Intérieur n’en est nullement l’auteur, rappelant que la représentation politique est soumise à un cadre légal, aux processus électoraux.

Interpellé sur la position de la Mauritanie par rapport à la décision du Mali de se retirer du G5 Sahel, le porte-parole a indiqué que chaque pays exerce sa souveraineté et prend ses décisions en conséquence, soulignant toutefois que les divergences d’opinion sur la gestion du Groupe ne devraient pas être un motif de retrait d’un pays. Toujours sur la question malienne le porte-parole du gouvernement a déclaré qu’il est nécessaire de chercher à surmonter les défis qui sont à l’origine de la création du G5 Sahel et qui demeurent d’actualité.

Avant de finir, le porte-parole du gouvernement a rappelé le rôle prépondérant que joue la Mauritanie en sa qualité de membre fondateur du G5 Sahel. Il a souligné que le pays s’est engagé militairement, économiquement, sans oublier le volet développement.